mercredi 21 septembre 2022

Après l'océan - Laurence Peyrin


 

Quatrième de couverture 

 En ce printemps 1912, parmi d’autres naufragés hagards tirés de l’océan, Letta Alistair, 24 ans, serre contre elle sa petite soeur Molly en regardant approcher la statue de la Liberté. Elles sont les deux seules survivantes de leur famille, engloutie comme 1491 personnes avec « l’insubmersible » Titanic. Les soeurs Alistair ont tout perdu. Leur père, Charles, dit le roi de la tourte, célèbre pour ses pâtes brillantes, ses viandes moelleuses mêlées d’oignons caramélisés, avait embarqué famille et biens pour développer son savoir-faire à New York. Letta ne peut même pas s’autoriser le désespoir, car Molly l’inquiète, plongée depuis le drame dans un profond mutisme. Le naufrage du Titanic est un événement majeur qui secoue toute l’Amérique, et les victimes sont prises en charge, logées à l’hôtel, examinées à l’hôpital. Et après ? Letta va devoir puiser très loin en elle pour survivre dans ce New York qu’elle n’aime pas et qu’elle ne comprend pas. Et se battre pour sauver sa petite soeur bientôt qualifiée de « folle » dans un siècle qui traite mal les fous...

Mon avis

J'ai apprécié cette lecture, quelques longueurs à mon goût mais je me suis attachée aux personnages et à l'histoire.

L'histoire débute par une famille unie et aimante qui décide de partir pour les Etats-Unis pour ça ils doivent prendre le Titanic, nous savons tous ce qui est arrivé par la suite.

Après l'océan c'est l'histoire des rescapées du Titanic, deux soeurs, Letta et Molly et comment se reconstruire et se relever après cet horrible drame.

Après l'océan, nous raconte ce qui est arrivé après le naufrage, l'arrivée aux Etats Unis, les différences de prise en charge selon d'où venaient les naufragés, première, seconde dernière classe. 

Après l'océan, c'est aussi une approche sur les conditions féminines en 1912 aux Etats-Unis par l'intermédiaire de Natali une amie de Letta.

Après l'océan c'est encore prendre connaissance des soins psychiatriques de l'époque, les méthodes d'enfermement surtout pour les femmes, les soins plutôt barbares mais bon on peut encore plaider pour le fait que les médecins commençaient seulement à soigner les maux de l'esprit.

Une lecture sympathique donc qui ne sera pas un coup de coeur mais j'ai passé un agréable moment





samedi 17 septembre 2022

Aimer de nouveau - Thomas Palpant


 Quatrième de couverture

Accumulant tous deux les peines de cœur, Abigail et Zachary tombent l’un sur l’autre dans un bar, et c’est le coup de foudre. Mais alors qu’ils profitent de la soirée pour se découvrir, de curieux incidents viennent émailler cette rencontre idyllique.

Quelles sont ces prémonitions qui assaillent Abigail ? Pourquoi Zachary joue-t-il à ce point de malchance ? C’est le début d’une nuit folle et riche en émotions, durant laquelle ils devront se battre pour cet amour naissant.

Mon avis

Bon, il faut que je me fasse une raison, les romans d'amour ce n'est pas pour moi. J'aime beaucoup ce qu'écrit cet auteur habituellement mais là je n'ai pas accroché à l'histoire qui me semblait peu crédible à mes yeux. Je dois bien reconnaitre qu'il y a de l'idée mais ce n'est pas du tout le style que j'aime

Les enfants du fleuve - Lisa Wingate


 Quatrième de couverture

1939, Memphis. Par une nuit d'orage, les cinq enfants Foss sont enlevés avant d'être jetés dans un orphelinat. Rapidement, ils comprennent qu'ils ne reverront jamais leurs parents. Rill, la sœur aînée, fait tout pour éviter la séparation de la fratrie.
De nos jours, Caroline du Sud. Avery Stafford, brillante avocate, est de retour dans sa ville natale. Elle soutient son père sénateur qui tente d'apaiser un scandale autour des conditions de vie dans les maisons de retraite. C'est alors qu'une des pensionnaires aborde Avery. La vieille femme semble terriblement émue mais pas folle. Et ce qu'elle lui révèle est si troublant qu'Avery décide d'enquêter sur sa propre famille. L'histoire de ses origines pourrait être bien différente de la version officielle...

Mon avis

Impossible de rentrer dans une librairie sans acheter un livre. Mon petit tour à la ruche aux livres de Wavrin s'est soldé par l'achat de ce livre.

J'ai été attirée par les secrets de cette famille, par l'histoire de ces enfants volés à leurs parents. J'y ai découvert une histoire de femmes comme je les aime. Impossible de lâcher mon bouquin, Un coup de coeur.

Avery est une brillante avocate, lors d'une visite dans un EHPAD, une photo et une vieille femme vont l'interpeler, c'est le début de ses recherches.

Le chapitre suivant, on fait la connaissance de la famille Foss, ils ont cinq enfants et ces derniers seront enlevés lors d'une nuit d'orage pour être emmenés dans un orphelinat dirigé par une horrible personne. L'ainée s'appelle Rill et elle fera tout pour éviter que la fratrie soit séparée. Je me suis beaucoup attachée à ses enfants et à leur histoire. J'ai appris en fin de lecture que malgré que ce soit une fiction ces enlèvements et cet orphelinat ont bien existé, quelle tristesse, comment est-ce possible ?


samedi 10 septembre 2022

Les grandes oubliées. Pourquoi l'histoire a effacé les femmes - Titiou Lecoq


 Quatrième de couverture

De tout temps, les femmes ont agi. Elles ont régné, écrit, milité, créé, combattu, crié parfois. Et pourtant elles sont pour la plupart absentes des manuels d'histoire.
" C'est maintenant, à l'âge adulte, que je réalise la tromperie dont j'ai été victime sur les bancs de l'école. La relégation de mes ancêtres femmes me met en colère. Elles méritent mieux. Notre histoire commune est beaucoup plus vaste que celle que l'on nous a apprise. 

"Pourquoi ce grand oubli ? De l'âge des cavernes jusqu'à nos jours, Titiou Lecoq s'appuie sur les découvertes les plus récentes pour analyser les mécanismes de cette vision biaisée de l'Histoire.

Elle redonne vie à des visages effacés, raconte ces invisibles, si nombreuses, qui ont modifié
le monde. Pédagogue, mordante, irrésistible, avec elle tout s'éclaire. Les femmes ne se sont
jamais tues. Ce livre leur redonne leurs voix.

Mon avis

C'est avec curiosité que j'ai commencé à lire ce livre puis j'ai été surprise par ce que j'y ai trouvé. Alors bien sur l'autrice a un parti pris dans ce qu'elle raconte alors que de mon côté je pense que tout n'est pas tout noir ou tout blanc, il faut y apporter des nuances, n'empêche que, à l'heure actuelle la femme n'est toujours pas l'égale de l'homme.

De tout temps il y a eu des femmes qui malgré le rôle que voulait leur donner la société se sont battues pour être reconnues et avoir les mêmes droits que les hommes. 

Nous commençons la lecture par le rôle des femmes à la préhistoire, j'ai été surprise de me rendre compte qu'effectivement à aucun moment je n'avais imaginé que des femmes avaient pu peindre les motifs présents dans la grotte de Lascaux ou Chauvet car toutes les représentations que j'en ai eu dans mes livres d'école on y voyait que des hommes et pourtant il semblerait d'après les dernières études que des femmes l'ont fait également. 

Je ne vais pas tout vous raconter, la suite du livre se fera de manière chronologique jusqu'à nos jours.

Sans être totalement ignorante sur le sujet, j'ai tout de même été surprise par cet effacement. Je suis bien consciente que les femmes ont de tout temps été traitées comme inférieures à l'homme mais je pense qu'il est peut être temps à notre époque de mettre les pendules à l'heure.

Au fil du temps, même la langue française a été masculinisée. D'après l'autrice, avant il était pratiqué l'accord de proximité : l'adjectif qualificatif s'accordait avec le mot le plus proche auquel il se rapprochait. ex : le manteau et la veste sont blanches jusqu'à ce qu'un jour la règle du masculin l'emporte sur le féminin. A l'époque d'après l'autrice c'était pour prouver la supériorité du masculin sur le féminin et c'est aussi ce que tout le monde a appris à l'école : le masculin l'emporte sur le féminin !

En fait ce qui me choque le plus c'est que l'oubli continue encore à notre époque, les livres d'histoire au collège par exemple ne sont peuplés que d'hommes et l'autrice nous apprend qu'un manuel d'histoire hachette spécial réforme du lycée datant de 2019 ne comporte que 6 pages où l'on parle des femmes dans l'histoire sur 277 ! 

Bref, il y a encore beaucoup à faire mais je vous invite à lire ce livre qui se lit facilement sans prise de tête et avec quelques traits d'humour

lundi 5 septembre 2022

Le pavillon des combattantes - Emma Donoghue

Quatrième de couverture

En pleine pandémie de grippe espagnole, l'ancien monde est en train de s'effondrer.
À la maternité, des femmes luttent pour qu'un autre voie le jour.

1918. Trois jours à Dublin, ravagé par la guerre et une terrible épidémie. Trois jours aux côtés de Julia Power, infirmière dans un service réservé aux femmes enceintes touchées par la maladie.
Partout, la confusion règne, et le gouvernement semble impuissant à protéger sa population. À l'aube de ses 30 ans, alors qu'à l'hôpital on manque de tout, Julia se retrouve seule pour gérer ses patientes en quarantaine. Elle ne dispose que de l'aide d'une jeune orpheline bénévole, Bridie Sweeney, et des rares mais précieux conseils du Dr Kathleen Lynn – membre du Sinn Féin recherchée par la police.
Dans une salle exiguë où les âmes comme les corps sont mis à nu, toutes les trois s'acharnent dans leur défi à la mort, tandis que leurs patientes tentent de conserver les forces nécessaires pour donner la vie. Un huis clos intense et fiévreux dont Julia sortira transformée, ébranlée dans ses certitudes et ses repères.


Mon avis


Voilà une histoire qui se déroule dans une atmosphère particulière dû à l'épidémie de grippe de 1918 mais aussi à la situation de chaque parturiente. Cette épidémie fit plus de morts que la première guerre mondiale.


Julia est jeune infirmière, elle est aidée par Bridie Sweeney, une jeune orpheline, elles sont dédiées à ce service car elles ont toutes les deux déjà contracté la grippe et sont donc immunisées. Julia se retrouvera seule à gérer ce service malgré son peu d'expérience et le stress qu'il engendre.


Nous ne passons que 3 jours aux côtés de Julia, et Bridie Sweeney mais ils seront intenses en émotions. Plusieurs parturientes vont se succéder, chacune son histoire, son accouchement. 


J'ai été gênée pendant un moment car Julia faisait part de chaque donnée tensionnelle, température, pulsations, dilatation du col  ect ... c'était un peu trop à mon goût j'avais l'impression de me retrouver au boulot par contre la psychologie et les histoires de vie de toutes les personnes présentes m'ont beaucoup touchée


Le pavillon des combattantes est une fiction mais en ce qui concerne Bridie Sweeney, les détails de sa vie au couvent où elle vit, ont été tirés de témoignages recueillis dans le rapport Rayan sur les institutions irlandaises accueillants des enfants et les exemples cités ne sont pas les pires, ça fait froid dans le dos

 

Un miracle - Victoria Mas


 Quatrième de couverture

Soeur Anne, religieuse chez les Filles de la Charité, reçoit d'une de ses condisciples une prophétie : la Vierge va lui apparaître en Bretagne. Envoyée en mission sur une île du Finistère Nord balayée par les vents, elle y apprend qu'un adolescent prétend avoir eu une vision.

Mais lorsqu'il dit « je vois », les autres entendent : « J'ai vu la Vierge. » Face à cet événement que nul ne peut prouver, c'est toute une région qui s'en trouve bouleversée. Les relations entre les êtres sont modifiées et chacun est contraint de revoir profondément son rapport au monde, tandis que sur l'île, les tempêtes, les marées, la végétation brûlée par le sel et le soleil semblent annoncer un drame inévitable.


Mon avis

J'ai beaucoup aimé son premier roman et c'est naturellement que j'ai voulu continuer l'aventure avec celui ci. Le début commençait bien avec une jeune soeur Catherine Labouré qu'un petit garçon avait réveillée la nuit pour l'emmener jusqu'à la vision de la Sainte Vierge, ça se passait le 18 juillet 1830. 

Le sujet ne m'attirait pas plus que ça mais après tout pourquoi pas il y a tant à apprendre mais je n'ai pas accroché à l'histoire, beaucoup trop de descriptifs à mon goût, je me suis ennuyée, il aurait été intéressant de développer un peu plus les sentiments et croyances des personnages, la spiritualité, la ferveur afin de mieux cerner la psychologie des personnes.

Dommage

samedi 3 septembre 2022

La petite menteuse - Pascale Robert-Diard

Quatrième de couverture 

 " Je veux être défendue par une femme ", a dit Lisa en se présentant à Alice Keridreux. Un face-à-face commence. Ni l'une, ni l'autre ne savent jusqu'où il va les mener. 

Mon avis

Lisa à l'âge de 14-15 ans dit avoir été violée, un homme prendra une peine de 10 ans de prison.

Un jour, Lisa, aujourd'hui majeure, arrive dans le bureau d'Alice Keridreux, elle est avocate et parce qu'elle est femme Lisa osera lui raconter toute l'histoire.

Le titre en dit long sur ce qui va se passer ensuite mais j'ai trouvé le développement de l'histoire intéressant. J'ai aimé les analyses de chaque personnage, la façon d'Alice de construire son argumentation.

 Qui est vraiment coupable dans l'histoire ? la petite menteuse ? la société ? la justice, les hommes ? l'adolescence ? et tant d'autres possibilités encore ...

je vous laisse découvrir ce roman court, qui se lit très vite donc pas le temps de m'ennuyer ...





vendredi 2 septembre 2022

Sans loi, ni maître - Arturo Pérez-Reverte

 



Quatrième de couverture

Au bar l’Abreuvoir, où se réunissent les chiens du quartier, personne n’a de nouvelles de Teo ni de Boris le Beau. Tous sentent que leur absence cache quelque chose de louche, voire de sinistre. Et Negro, lutteur à la retraite aux cicatrices profondes, le sait mieux que quiconque.

Pour lui, cela ne fait pas un pli : il lui faut replonger dans son ancienne vie et les sauver des sanglants combats organisés par les hommes. Mais pourra-t-il faire face aux molosses plus jeunes et pleins d’arrogance qu’il affrontera dans l’arène ?


Mon avis

J'ai beaucoup aimé cette lecture même si parfois mon petit coeur d'artichaut a été mis à rude épreuve, je suis contre toute maltraitance animale et les combats de chiens est une abomination que j'abhorre et là dans ce livre on en parle.

J'ai parfois eu l'impression de lire du Cetro, le vocabulaire employé surtout mais aussi certaines idées, visions des chiens sur les "humains"

Une chouette lecture, rapide et parfois drôle 

dimanche 14 août 2022

Les chouettes copains de mon canapé - Laurina Dos Santos

Quatrième de couverture

La crise de la quarantaine ou la recherche absolue du juste milieu…

Voici la crise d’Héléna, 40 ans, qui décide par un beau matin de plaquer toute sa vie pour vivre comme une artiste bohème, à l’écoute de ses amis sur son « chouette canapé ». Un livre relatant des situations drôles, touchantes, tristes, que chacun de nous a pu entendre ou vivre, un jour.

Héléna, Marc, Diane, Anaïs, Gabriel de Saint-Venant, Amandine et la belle Julie, qui apportera sa touche de douceur à ces personnages décalés, vivant avec humour et revendication leurs histoires, sur fond d’effronterie et de libéralisme sexuel.

Un livre qui se veut humaniste et libertaire, à l’image d’Héléna.

Mon avis

Voilà un livre sur lequel je me serai sans doute pas retournée mais une personne bien intentionnée me l'a mis entre les mains et curieuse de nature j'ai eu l'envie de me plonger dans cette histoire. Le côté libertaire m'a un peu freinée mais finalement ce n'est pas ce à quoi que je m'attendais parait que ça parlait beaucoup de sexe finalement pas tant que ça par contre la Liberté avec un grand L est partout et ça ça fait du bien à lire et sans doute à vivre

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, le personnage principal est une femme Héléna qui fait sa crise de la quarantaine et qui a eu le courage de plaquer toute sa vie pour vivre comme elle l'entend malgré toutes les difficultés que ça peut engendrer.

Dans son malheur (oui parce que ce n'est pas facile de se retrouver seule pour tout gérer) Héléna a la chance d'avoir des amis d'exception, des amis comme on aimerait en avoir, (faut croire qu'on a les amis qu'on mérite) j'aime leur singularité, leur humour ... Ils répondent toujours présent dès que l'un d'eux en éprouve le besoin et en même temps au fil des pages c'est un peu de leur vie surtout amoureuse que l'on découvre et ça permet d'ouvrir des débats sur plein de chose : l'éducation des enfants, le rôle des parents, le harcèlement scolaire et ses dégâts, l'homosexualité, l'adultère, les sites de rencontre ... le tout traité avec légèreté mais des vérités sont dites. J'ai beaucoup souri durant ma lecture car le comportement d'Héléna est fidèle à l'idée que je me fais d'elle et je rejoins beaucoup de ses idées et le plus drôle c'est que je la voyais et l'entendais dans ses répliques :-) 

Une lecture agréable, légère, drôle que je vous laisse découvrir

dimanche 7 août 2022

Antoine - Christian Blanchard

Quatrième de couverture 

Antoine a douze ans lorsqu'il commet le geste fatal. Un acte irréfléchi, comme une réponse impulsive à une terreur inouïe. La lame d'un couteau qui s'enfonce dans le corps furieux de son père pour tenter de protéger sa mère, en vain. La première marche d'une échelle infernale. Maison d'arrêt, centre fermé pour mineurs, Antoine se retrouve ballotté au sein d'un système judiciaire qui ne fait pas le tri entre victimes et bourreaux. Antoine encaisse, se raccroche au tendre souvenir maternel. À une lumière qui lui échappe peu à peu. Combien de temps pourra-t-il tenir à distance la bête qui gronde en lui ? Saura-t-il saisir les mains tendues de celles et ceux qui veulent le protéger ? Qu'a-t-il à sauver, lui qui a déjà tout perdu ? 

Mon avis 

J'ai aimé suivre l'histoire d'Antoine J'ai longtemps cru que ça allait être un gros coup de coeur mais j'attendais une fin qui m'aurait clouée sur place, ça n'a pas été le cas même si la fin est bien, je n'ai pas eu la réaction que j'attendais

Quant à l'histoire, elle est prenante, impossible de lâcher le bouquin, c'est noir, c'est dérangeant. Comment un geste donner pour sauver sa vie peut anéantir l'avenir d'un petit garçon. Nous le suivrons de lieu d'enfermements avec tout ce que ça peut comporter de violence, d'humiliations, d'injustices aux placements qui sont normalement faits pour se reconstruire. Comment un évènement peut tout faire basculer ...  

Je reviens sur la fin que j'aurais vraiment aimé différente cependant elle reste surprenante et inattendue, je suis ravie d'avoir découvert ce livre


Le tailleur de Relizane - Olivia Elkaïm

Quatrième de couverture 

Relizane, pendant la guerre d’Algérie. Lorsqu’en pleine nuit, on frappe à la porte, Marcel, le grand-père d’Olivia Elkaim, craint pour sa vie et celles de sa femme et de leurs deux enfants. On lui enfile une cagoule sur la tête, il est jeté dans un camion et emmené dans le désert. Va-t-il être condamné à mort ou gracié ? Il revient sain et sauf à Relizane trois jours plus tard, et ses proches se demandent quel est le secret de ce sauf-conduit. A quoi a-t-il collaboré ? Quels gages a-t-il donné et à qui ? Viviane, son épouse, ses frères, sa mère, ses voisins, tous questionnent le tailleur juif. Mais il garde le silence. Quand un jeune apprenti arabe se présente devant son échoppe, Marcel comprend que tôt ou tard, il lui faudra quitter son pays natal. 

Mon avis 

J'ai apprécié cette lecture, voilà une histoire que je connais mal : le passé en Algérie et leur arrivée en France des "pieds noirs", bien entendu j'en ai entendu parler mais pas en suivant des faits historiques.  Je me souviens d'amis "Pieds noirs" qui parfois parlait de leurs souvenirs là bas avec nostalgie. Je me suis attachée aux personnages et j'ai suivi leur évolution au fil des années de manière attentive. On suit la vie en Algérie de Marcel et sa famille puis leur exil pour arriver ensuite en France où rien ne les attend où même l'état ne les reconnaît pas. En Algérie ils avaient une vie avec un métier en France ils ne sont plus rien.

Une belle découverte pour moi, un livre à lire